Rambler's Top100 Политика

COBECTЬ

     

 

 

Livre d'or

 

Ecrivez-nous!

 

Liens intéressants

 

 

Contenu exclusivement en russe pour le moment

 

Группа "Совесть": акции, новости, лица

 

Правда и ложь о "деле ЮКОСа"

 

Требуется ваша помощь!

 

Присоединяйтесь к группе "Совесть"!

 

Подпишитесь на рассылку

 

DECLARATION DU GROUPE "SOVEST"

Concitoyens, amis !

Nous nous adressons à tous ceux à qui sont chers le présent et l'avenir, le nôtre, celui de nos enfants et petits enfants, à tous ceux pour qui les leçons de l'histoire ne limitent pas aux pages ennuyeuses d'un manuel, mais constituent une part vivante de notre expérience commune, nous interdisant de considérer ce qui se produit dans notre pays de l'œil indifférent d'un observateur. Peu importe que l'on soit jeune ou vieux, riche ou pauvre, et que nos décisions influent sur le destin de centaines de personnes où bien qu'elles ne déterminent que le cours de notre propre existence - ce qui compte, c'est la possibilité de prendre soi-même des décisions et la capacité à en porter la responsabilité. Ce n'est que dans ces conditions que nous pouvons affirmer que nous formons un peuple et non une foule, que nous pouvons nous appeler des citoyens et non des esclaves.

La dernière décennie du XXe siècle a vu l'apparition des fondements démocratiques de la société russe. Ce fut un processus difficile, douloureux pour certains, parce que notre histoire nous avait inculqué l'habitude de vivre en dehors des règles de la citoyenneté, de la démocratie. Par l'ampleur des changements accomplis en Russie, cette période marque un tournant historique. Ces changements nous ont apportés des droits ainsi que des libertés économiques et politiques. Ils ont ouvert de réelles perspectives pour une nouvelle prospérité. Ce processus n'a pourtant pas été sans soubresauts. Aussi vient spontanément à l'esprit la vieille sentence "Malheur à celui qui vit dans une époque de changements" évoquant le destin généralement tragique des initiateurs et des acteurs de ces changements. Malheureusement, c'est à la vérification de cette funeste règle que nous assistons en ce moment.

En ce début de XXIe siècle nous nous sommes subrepticement retrouvés dans une nouvelle époque, ce qui est devenu une évidence après les évènements du 25 octobre et du 7 décembre 2003. A la période des réformes et des révolutions a succédé une sorte de Thermidor, qui a plongé la société dans la stagnation, et qui a arraché de ses rangs les citoyens les plus actifs, les plus audacieux, les plus talentueux.

L'une des manifestations les plus apparentes de ce Thermidor est la tentative visiblement concertée d'anéantissement de l'un des fleurons du monde des affaires russes, la compagnie pétrolière Ioukos. L'arrestation spectaculaire et injustifiée de Mikhail Khodorkovski et de ses collègues suscite l'incompréhension et fait naître l'inquiétude quant au développement ultérieur de la société russe. En découvrant SUBITEMENT des infractions à la loi dans des opérations vieilles de cinq - et pour certaines huit - ans, le Parquet Général fait naître un doute sur sa propre compétence et son objectivité.

Nous voilà donc aujourd'hui revenus aux temps où n'existait pas la présomption d'innocence – comment caractériser autrement le fait que le Vice-procureur-général Kolesnikov a exprimé publiquement ses regrets qu'il soit impossible de condamner Khodorkovski à plus de dix ans de prison, comment expliquer ses considérations sur la responsabilité portée par Khodorkovski pour le bas niveau des salaires et des retraites, pour le nombre croissant en Russie d'orphelins et d'adolescents "sniffant" de la colle? Ces affirmations ne peuvent susciter que la stupeur devant le niveau de qualification des plus hauts représentants du système judiciaire russe, devant leur absence totale d'éthique professionnelle et leur irresponsabilité en paroles comme en actes. Ces accusations sont d'autant plus diffamatoires qu'elles sont adressées au PDG d'une entreprise qui a mis en place dans les différentes régions où elle est présente l'une des meilleures infrastructures sociales, qui a investi dans le développement du système éducatif et fondé un lycée pour les orphelins dont les parents ont péri dans les zones de conflit du pays (c'est-à-dire en défendant les intérêts de la nation). Dans ce contexte, c'est manifester un cynisme raffiné que de présenter la note pour les adolescents sniffant de la colle à Mikhail Khodorkovski!

Ce n'est pas ici le lieu de discuter des articles de l'acte d'accusation – nous en laissons le soin au tribunal. Malheureusement, le fait que jusqu'alors les séances consacrées au procès Khodorkovski se tiennent à huis clos soulève des inquiétudes quant au futur déroulement du procès lui-même. Le maintien immotivé en détention provisoire des accusés et les spéculations publiques sur le thème de la culpabilité de Mikhail Khodorkovski auxquelles se livrent des personnes en charge du dossier au Parquet Général semblent indiquer que les chefs d'accusation qui lui sont réellement imputés sont peu fondés et discutables, et que la loi est appliquée de façon sélective.

Il est difficile en effet de croire que dans les années 90 ce soit précisément Mikhail Khodorkovski qui ait inventé des schémas particulièrement retors d'évasion fiscale, et que tous les autres acteurs des privatisations soient blancs comme neige. Nous estimons inadmissible qu'une révision sélective du résultat des privatisations soit menée en guise de châtiment pour avoir tenté d'introduire dans le monde des affaires un nouveau modèle, plus transparent, pour avoir créé une entreprise privée florissante et pour avoir fait publiquement état de ses sympathies politiques et du financement de partis d'opposition.

Nous proposons de lancer une vaste discussion publique autour de l'idée d'amnistie économique et nous pensons que ce genre d'initiative pourrait aider à surmonter les divisions de la société et renforcerait la confiance et la compréhension mutuelle entre les diverses couches de la population.

Cette discussion et les décisions qui en découleront doivent amener à trouver une issue correcte, efficace et humaine à la situation qui s'est crée dans le pays – situation qui heurte aussi bien le sentiment de justice que les règles du droit.

Il est indispensable pour le monde des affaires aussi bien que pour la société que soit élaborée une nouvelle législation qui corresponde aux nouvelles conditions historiques, qui résolve le problème des schémas de minimisation des impôts, celui des limites du lobbysme et de nombreux autres. Nous appelons au dialogue de la société et  du pouvoir, espérant par la présente lettre ouverte apporter une modeste pierre à son fondement.

Il n'y a pas d'alternative à ce dialogue. Sinon, le "sommeil profond" de toute la société nous conduira à nous réveiller un matin dans un pays dirigé par la misère sous le masque de la justice sociale et par l'arbitraire sous le couvert de la loi.

   

Oui à la justice, non aux règlements de compte!

Liberté pour Mikhail Khodorkovski

Liberté pour la presse et pour les entreprises!

Liberté et démocratie en Russie !

  

Le groupe "Sovest" ("conscience", "intégrité" en russe) est né le 3 décembre 2003 d’une initiative spontanée pour apporter un soutien populaire aux actionnaires et aux collaborateurs de la compagnie pétrolière IOUKOS. Nous nous fixons pour but de veiller à ce que soient respectés les droits civiques de Mikhaïl Khodorkovski et des autres personnes impliquées dans l’"affaire IOUKOS". A l’heure actuelle, la tâche essentielle du groupe est d’obtenir par tous les moyens légaux le maintien en liberté de M. Khodorkovski et P.Lebedev, ainsi l’organisation d’un procès impartial et public. Le groupe "Sovest" est une association de citoyens totalement indépendante de tout groupe politique politique ou financier que ce soit, et il ne poursuit aucun but commercial. Toutes ses actions se font sur une base de volontariat et de bénévolat.

© Sovest.org 2004. All rights reserved. * contact@sovest.org  

Rambler's Top100 Рейтинг@Mail.ru TopCTO Политика